Texte commentaire hebdo

Origine de la Toussaint

Littéralement, la Toussaint est la fête de tous les saints. Pour les chrétiens, c'est une fête en l'honneur des saints et des martyrs. Bien que la Toussaint soit fêtée depuis le Vème siècle, la date de la célébration fut déplacée à plusieurs reprises.

La fête de la Toussaint est aujourd'hui célébrée le premier novembre, probablement parce que c'est la date à laquelle le pape Grégoire III dédia aux morts l'une des chapelles de la Basilique Saint Pierre. La Toussaint précède le jour des morts.

dimanche 16 octobre 2011

Semaine du samedi 8 au dimanche 16 octobre 2011 28 ème Dimanche du temps ordinaire Année Matthieu A


Ainsi font ailleurs

Selon un article de Bénévent Tosseri, paru dans le journal la Croix du 28.09. 2011, dont le titre est « En Isère, les catholiques redécouvrent les communautés de base », le diocèse de Grenoble-Vienne, à travers une rencontre des représentants des différentes paroisses veut revoir la manière de construire l’Eglise de demain.
Les faits sont là, le diocèse de Grenoble « ne compte plus que 56 prêtres de moins de 75 ans, contre 133 il y a dix ans » ; conséquence,
 l’évêque, « vient de nommer 3 jeunes prêtres dans le Haut-Grésivaudan contre 8 voilà encore 6 ans, seules 3 églises auront une messe dominicale » rapporte l’auteur de l’article.  Dans un temps qui n’est pas trop lointain on comptait encore « 560 paroisses » écrit-il.
 Que faire ? Se voiler la face et attendre, ou bien ouvrir les yeux et regarder dans toutes les directions les signes d’un appel au changement pour vivre sa foi chrétienne dans un monde qui bouge dans tous les sens.
Parmi les présents de la réunion, une chrétienne d’une paroisse « qui n’a plus de prêtre depuis la rentrée » dit ceci : ce n’est pas si grave si nous n’avons pas une messe tous les dimanches,…mais il est indispensable de nourrir notre foi, en l’ancrant dans un échange autour de la Parole de Dieu  et un autre dit « n’allons pas chercher des prêtres au bout du monde pour boucher les trous ».Un proverbe rwandais dit à peu près ceci : « ce qui vient d’ailleurs attend que la pluie ait cessé de tomber ». Au risque de s’engouffrer dans un parallèlisme à tout casser, comment faire pour que nos communautés soient vivantes à notre niveau local, dans notre paroisse, dont la situation n’est pas éloignée de ce qui vivent nos frères et sœurs du diocèse de Grenoble…nous ne sommes que deux …là où il y avait au moins 17 prêtres ?    
                                           P. Marcel  



Semaine du 16 au 23 octobre 2011