Texte commentaire hebdo

Origine de la Toussaint

Littéralement, la Toussaint est la fête de tous les saints. Pour les chrétiens, c'est une fête en l'honneur des saints et des martyrs. Bien que la Toussaint soit fêtée depuis le Vème siècle, la date de la célébration fut déplacée à plusieurs reprises.

La fête de la Toussaint est aujourd'hui célébrée le premier novembre, probablement parce que c'est la date à laquelle le pape Grégoire III dédia aux morts l'une des chapelles de la Basilique Saint Pierre. La Toussaint précède le jour des morts.

lundi 23 avril 2012

Communiqué de presse Lyon, le 18 avril 2012
           
Crise alimentaire au Sahel :
le Secours Catholique-Caritas France lance un appel aux dons

Face à la crise alimentaire qui s’intensifie dangereusement dans la région du Sahel, le Secours Catholique-Caritas France se mobilise et lance un appel aux dons. Plus de 12 millions de personnes sont confrontées à une situation de plus en plus difficile et ne peuvent plus garantir leur sécurité alimentaire. Il est important d’agir rapidement pour éviter que la situation ne se détériore davantage.

Pour soutenir ces actions, le Secours Catholique-Caritas France lance un appel aux dons financiers.

Secours Catholique, BP 455, 75007 Paris
Mention : « Crise Sahel »

Pour plus d’informations :  
  

Pour répondre à cette situation qui se dégrade, avec un pic de crise attendu à partir de juin et juillet, la Confédération Caritas Internationalis, dont le Secours Catholique-Caritas France est membre, a mis en place un plan d’actions d’envergure. L’objectif principal de ce dispositif qui unit toutes les Caritas à celles de la région du Sahel est de conjuguer les forces, les compétences, l’expertise de chacun des membres pour répondre rapidement et efficacement à la crise et tenter d’empêcher une catastrophe annoncée, ou au moins d’en atténuer les conséquences.

Le Secours Catholique-Caritas France se mobilise, dans un premier temps, aux cotés des Caritas du Niger, du Mali, du Sénégal et du Burkina Faso où la situation est déjà critique. Les premières évaluations montrent que l’insécurité alimentaire touche 5,5 millions de personnes au Niger (soit 35 % de la population), 3 millions au Mali et 1,7 millions au Burkina Faso. Différents programmes sont mis en place dont les objectifs principaux sont de contribuer à améliorer la situation alimentaire et nutritionnelle des populations vulnérables, mais aussi à renforcer leurs moyens d’existence pour atténuer les chocs des crises futures. Le Secours Catholique-Caritas France débloque une aide de 300 000 euros pour le Niger, de 250 000 euros pour le Mali, de 150 000 euros pour le Sénégal et de 250 000 euros pour le Burkina Faso. L’engagement global de l’association dans la région du Sahel s’élève, à ce jour, à 950 000 euros.

Suivant les pays et leur situation politique (le Mali[1] notamment), sur des périodes plus ou moins longues (de 6 mois à 1 an), différentes actions seront mises en place, ventes de céréales à prix modérés, distribution de vivres, « Cash for Work » (Argent contre travail), « Food For Work » (nourriture contre travail), distribution d’aliments pour le bétail et de semences…Autant d’actions qui, pour être totalement efficaces et sans désorganiser les pratiques locales, doivent se dérouler de manière concomitante selon un calendrier bien précis.

Pour soutenir ces actions, le Secours Catholique-Caritas France lance un appel aux dons financiers.

Secours Catholique, BP 455, 75007 Paris
Mention : « Crise Sahel »

Pour plus d’informations : www.secours-catholique.org


[1] Au Mali, la situation politique et sécuritaire actuelle détériore l’état de crise alimentaire dans lequel se trouve le pays et complique la crise dans l’ensemble du Sahel. On assiste à des mouvements importants de populations qui fuient la région vers le Sud du pays ou vers les pays limitrophes déjà touchés par la crise alimentaire comme le Niger et le Burkina Faso. 




Message de Pâques du cardinal Oscar Rodriguez Maradiaga
Par le cardinal Oscar Rodriguez Maradiaga
À Pâques, les chrétiens attendent avec impatience le banquet spirituel que la Mère Église leur offre. 
Le message du Christ ressuscité est celui de la résurrection,  du renouveau et de la régénération. Ce message se retrouve dans la nature qui nous entoure. Partout où nous regardons, il y a une renaissance de la vie.
Mais parfois, nous avons l’impression que la nature nous a abandonnés. Dans la région du Sahel, en Afrique occidentale, 12 millions de personnes n’auront pas assez à manger dans les prochains mois.
La faim qui se propage au Tchad, au Niger, au Mali, au Burkina Faso, au Sénégal et en Mauritanie est due en partie à la sécheresse et aux insectes nuisibles.
La crise est également provoquée par l’homme : notre système alimentaire mondial favorise les grandes multinationales et affaiblit le petit agriculteur.   
La vérité, c’est que nous savions depuis des mois qu’une crise alimentaire était imminente en Afrique occidentale.
Le pape Benoît a mis  en garde en février : “Le Sahel sera à nouveau sérieusement menacé ces prochains mois par une baisse notable de ses ressources alimentaires”.
Les membres du personnel Caritas et les personnes qu’on aide ont tiré la sonnette d’alarme. Certaines communautés disent même qu’elles n’ont jamais vu une situation aussi grave.  Caritas a lancé des appels d’urgence pour fournir une aide alimentaire ainsi que sous d’autres formes à plus de 650 000 personnes.
Mais la communauté internationale n’a pas agi. Ces pays du Sahel ont toujours moins de 50 % de l’aide dont ils ont besoin.
Nous savons qu’en agissant tôt et rapidement, nous pouvons épargner des souffrances humaines et économiser de l’argent.
Le Niger a déjà été confronté à des urgences alimentaires en 2005 et 2010. Le coût  pour éviter une crise de la faim au Niger en 2005 était estimé à 7 $ par personne. Le monde  n’a pas agi. Répondre à la crise généralisée a coûté 23 $ par personne.
Pâque est une période d’espoir.
Nous espérons que les pays riches vont entendre l’appel des pauvres et que, motivés par la justice, ils vont donner au Sahel l’aide alimentaire dont il a besoin.
Nous espérons également que les leaders mondiaux vont se rendre compte que notre système alimentaire mondial est brisé. Ils doivent le réparer et faire en sorte qu’il fonctionne pour tout le monde.
Joyeuses Pâques et que le Christ ressuscité vous bénisse de sa joie !